FAQ – Foire aux questions

Questions fréquentes

Le Centre québécois de formation aéronautique et l’aéroport de Saint-Honoré sont-ils situés loin du Cégep ?

La distance entre le campus principal et le CQFA est de 19 kilomètres. Le Cégep organise, entre le pavillon principal et le Centre québécois de formation aéronautique, un transport gratuit pour les étudiants, aux heures susceptibles d’accommoder le plus de gens.

Combien coûte la formation en pilotage d’aéronefs?

Le programme régulier est gratuit et il n’y a aucun droit de scolarité à payer ; celui-ci est soumis au régime ordinaire de l’enseignement collégial public. Tout étudiant inscrit au Cégep de Chicoutimi doit payer 319 $ annuellement (en 2014) à titre de droits généraux. Il est également à prévoir, tout dépendant de la voie de sortie choisie, de 3 000 $ à 4 000 $ minimum pour l’ensemble des trois années afin d’acheter tous les volumes, notes de cours, matériel personnel spécialisé et de payer les frais de licences et d’examens.

Quelles sont les conditions de base pour qu’une candidature soit considérée au moment de l’admission ?

Pour que sa candidature soit considérée au moment de l’admission et fasse l’objet d’une analyse dans le cadre du processus de sélection, l’étudiant doit avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, ou être en voie de l’obtenir ; il doit de plus avoir réussi les cours préalables exigés. Voir à ce sujet les conditions d’admission et la sélection des candidats.

L’élève qui a un diplôme d’études collégiales en sciences peut-il faire le cours en deux ans ?

Non. Chaque session des trois années de formation comporte un ou plusieurs cours de formation spécifique qui sont préalables aux cours suivants. Toutefois, lorsqu’un candidat admis a des antécédents collégiaux équivalents à certains cours précis du programme, le Collège met en place un programme intensif qui permet à l’étudiant de commencer son cours en janvier de la première année et de le compléter en deux ans et demi.

Le candidat ayant un DEC ou un baccalauréat universitaire est-il avantagé dans la sélection ?

Non. Les candidatures sont toutes sur un pied d’égalité au moment de la demande d’admission. L’analyse du dossier scolaire s’effectuera à la suite des examens écrits.

Le candidat possédant une licence de pilote privé a-t-il un avantage au moment de la sélection?

La licence de pilote privé ne confère aucun avantage au moment de la sélection, sinon celui d’assurer au candidat qui la possède une meilleure connaissance du milieu de l’aviation.

La licence de pilote privé accorde-t-elle des crédits à l’étudiant ?

La licence de pilote privé ne peut conférer à son détenteur des crédits pour les cours du programme de pilotage d’aéronefs. Cependant, les heures de vol effectuées avant le début du cours de pilotage demeurent au crédit de l’étudiant en tant qu’expérience.

Les femmes peuvent-elles être admises dans le programme de pilotage ?

Le processus de sélection n’établit aucune distinction entre les hommes et les femmes. Présentement, le nombre de femmes qui postulent et qui sont inscrites ne dépasse pas dix pour cent de la population étudiante.

La sélection favorise-t-elle les candidats de Chicoutimi et de sa région?

En aucune façon. Le processus de sélection ne tient aucun compte de la région de provenance, en ce qui concerne les citoyens canadiens ou les résidents permanents qui résident au Québec. Les statistiques relatives à la provenance des étudiants révèlent que ceux-ci se répartissent à peu près selon la répartition démographique du Québec.

Un candidat peut-il être admis en janvier ?

Il n’y a qu’une seule admission par année. Certains des candidats admis peuvent cependant se voir offrir la possibilité de commencer en janvier seulement s’ils ont les prérequis suffisants (voir question 4).

Le fait d’avoir étudié à l’école d’aérotechnique (ENA) est-il un avantage ?

Le candidat ayant poursuivi des études en aérotechnique est traité sur un pied d’égalité avec les étudiants ayant des antécédents collégiaux. Voir, à ce sujet, la réponse à la question 5. La connaissance du milieu de l’aviation peut être un atout ; les cours de formation générale, de même que certains cours de formation spécifique, en nombre restreint, peuvent être crédités.

Les candidats étrangers sont-ils admissibles au programme ?

Le programme régulier de formation s’adresse exclusivement aux citoyens canadiens et aux résidents permanents qui résident au Québec.

Le candidat peut-il passer les examens médicaux et les examens de la vue avant de s’inscrire?

Au cours de la période de sélection, le candidat susceptible d’être admis est appelé à subir, à Chicoutimi, les examens médicaux exigés pour l’admission et le candidat ne peut s’y soustraire. Cependant, la personne qui a des doutes quant à son admissibilité peut obtenir des précisions sur les examens médicaux exigés et consulter un médecin accrédité par le ministère des Transports du Canada. Si ce candidat atteint la dernière étape de la sélection, ce sont les résultats obtenus aux examens subis sous la supervision du CQFA qui seront retenus.

Le candidat qui porte des verres peut-il être admis en pilotage ?

Le port de verres correcteurs n’est pas un motif de refus. Cependant, le candidat doit subir avec succès les examens de la vue prescrits. De plus, il doit fournir les résultats complets et détaillés de son examen visuel le plus récent.

L’élève pilote peut-il poursuivre sa formation à temps partiel ou selon un rythme qui pourrait l’amener à compléter son cours dans un plus grand nombre d’années ?

À l’enseignement régulier, les études à temps partiel ne sont pas possibles. De même, l’étudiant doit s’inscrire à l’ensemble du programme chaque session et réussir tous ses cours ; un retard de deux cours et plus peut entraîner l’interdiction de s’inscrire aux cours de formation spécifique, pour la période nécessaire au rattrapage. Cependant, le Service de l’éducation permanente offre des cheminements qui peuvent être adaptés aux besoins de clientèles particulières.

Quelles sont les perspectives de placement ?

Le placement varie avec les besoins du marché du travail et le contexte économique. La réputation du CQFA joue notamment en faveur des finissants. L’industrie du transport aérien est actuellement en effervescence. Les transporteurs privés et les petites et moyennes entreprises engagent davantage les finissants du CQFA que les grandes compagnies, étant donné le peu d’expérience qu’ils ont à leur crédit.

À quel salaire un finissant en pilotage peut-il espérer être engagé ?

Les dernières relances nous indiquent que le salaire moyen des jeunes pilotes en emploi pour une première année se situe à 20 $ l’heure environ.

Le CQFA offre-t-il des facilités de perfectionnement pour l’étudiant finissant désireux de parfaire sa formation ?

Par son Service d’éducation permanente, le CQFA offre diverses possibilités de perfectionnement, en fonction des besoins exprimés. Des informations plus précises peuvent être obtenues en s’adressant à ce service.

Puisqu’il s’agit d’une formation que je souhaite entreprendre, est-il nécessaire que je me documente sur le milieu avant de postuler?

La carrière de pilote exige beaucoup de ceux qui la pratiquent. Le pilote professionnel endosse alors toute une philosophie et un rythme de vie que peu de gens connaissent et mesurent adéquatement. Avant de songer à entreprendre la formation du CQFA, il importe que les candidats sachent exactement en quoi consistera leur environnement professionnel.

Personnes ressources

Responsable de l'information scolaire
Johnny Gauthier
418 549-9520, poste 1220